INSTITUT EUROPEEN DES ITINERAIRES CULTURELS
Recherche :
  accueil
   
  l'Europe découverte
  l'Europe continue
  médiations européennes
  l'Europe de la mémoire
  questions capitales
  diagonales européennes
  qui sommes-nous ?
  avec qui travaillons-nous ?
  atlas itinéraires culturels
   
  boutique
  enquêtes
 
s'identifier:
mot de passe
mot de passe oublié ?
abonnez-vous
   
 
 votre panier
   
  plan du site
  contactez-nous
   
 
   
  Forum
 
 
 
       tourisme culturel
 
  tourisme culturel ou tourisme et culture ?  
Dans ce domaine :
Dans cette rubrique :

Selon les experts, le tourisme culturel représenterait de 8 à 20% des parts du marché touristique. Mais certains d'entre eux considèrent assez justement que "La culture est un phénomène tellement large et complexe qu'une définition claire du "tourisme culturel" en devient impossible et peut même s'avérer inutile." (Tomasz Studzieniecki)

C'est donc plutôt un choix personnel et pratique qui guide chaque touriste dans la recherche d'un investissement culturel personnel et d'une ouverture à la culture des autres. Des données sociologiques permettent cependant de mesurer une modification des comportements touristiques depuis une trentaine d'années.

nouvelles pratiques

C'est certainement la volonté d'introduire de nouvelles pratiques touristiques pour faire face aux dangers pour le patrimoine culturel et naturel de la surfréquentation et de surexploitation des sites - une conséquence incontournable du tourisme de masse - qui a redonné toute sa signification au tourisme culturel. Les premières interrogations sur les limites et les dangers du tourisme extensif ont commencé à se faire jour dès les années soixante-dix, lorsque les sociologues ont souligné que dans ce type de voyage unifié et industrialisé "Le touriste ne voit rien. Au fond, il ne cherche rien d'autre que la confirmation de son opinion préconçue, c'est-à-dire qu'il veut pouvoir bénéficier d'un confort auquel il est habitué et retrouver dans la réalité l'image fausse qu'il s'est forgée du pays d'accueil." (R. Renschler)

Tourisme parisien. Cliché MTP. 2002.

Parallèlement cependant, un tourisme fondé sur la découverte et la rencontre qui passe par la recherche des zones rurales et authentiques, ce que l'on nomme parfois le tourisme vert, a pris son essor. Il est également lié à la vogue renaissante du tourisme pédestre, puis plus récemment du tourisme en vélo tous terrains (VTT) ou du tourisme équestre. Le succès du "Guide du Routard" pour les francophones ou de la collection "Lonely Planet" pour les anglophones, la prise en compte de nouvelles collections de guides à mi-chemin entre l'encyclopédie et le conseil pratique et le retour dans les librairies d'un rayon important pour les écrivains voyageurs, de Goethe à Pierre Loti, ou de Voltaire à Kenneth White et François Maspéro, montrent que les éditeurs ont été sensibles à la renaissance d'un "tourisme intelligent".

Les destinations exotiques et le tourisme de plage ont eux-mêmes soufferts de facteurs conjoncturels aussi différents que les fluctuations des taux de change ou les risques liés à des conflits locaux et aux guerres civiles, sans compter les attentats du 11 septembre 2001. Mais le facteur déterminant est certainement la banalisation excessive des offres touristiques et l'uniformisation des lieux d'accueil qui ont entraîné à la longue un effet de lassitude.

Les crises économiques successives, en provoquant une compression de la part du budget des ménages consacrée aux loisirs, tandis que par ailleurs le temps de non travail augmentait, ont entraîné à la fois un raccourcissement des temps de séjour et une multiplication des déplacements de proximité, ce qui s'est accompagné d'une exigence accrue des touristes en matière d'offre, et particulièrement en matière d'offre culturelle. Il s'agit là d'un changement plus général des modes de consommation, quel que soit leur domaine, dans lequel certains économistes et sociologues pensent percevoir l'émergence d'une nouvelle génération de consommateurs plus conscients et plus "actifs".

le tourisme de tous les dangers

Mais si le tourisme de masse constitue un danger pour le patrimoine, le tourisme qui prend pour objectif la pratique culturelle comme un moyen - à priori nouveau - de gagner une part de marché, est par essence le tourisme de tous les dangers. Ces dangers tiennent aux fortes contradictions qui le traversent. En effet, en dehors des professionnels du tourisme sans qui la mise en œuvre de tels produits n'existerait pas ou serait confinée à de simples démarches individuelles, un ensemble de partenaires participent à l'élaboration de l'offre, entre autres les professionnels de la culture, les associations culturelles, les responsables publics et les élus, qui les uns et les autres, expriment par nature des souhaits contradictoires.

D'un côté, il s'agit de la recherche du respect et de l'intégrité des faits culturels, de la nécessité de respecter les chartes et les conventions sur la protection et la valorisation du patrimoine, de la volonté d'un aménagement culturel équilibré et durable du territoire, ce qui implique une longue analyse préalable et des investissements coûteux. Mais il s'agit aussi de l'implication d'actions sociales et éducatives qui fassent en sorte que les "visités" participent eux aussi à la constitution de l'offre, pour qu'elle soit à la fois le reflet de leur identité passée, sans folklorisation et de leur réalité sociale actuelle, sans exclusion. On ne montre pas un patrimoine de manière innocente, d'autant moins lorsqu'il est lié à un passé récent et parfois douloureux.

Villa Mansi, Cappanori Italie. Cliché MTP

De l'autre, on tendrait plutôt à privilégier les lois du marché en instrumentalisant la culture vers ses avatars les plus attractifs, en choisissant une offre de loisirs qui satisfasse le plus grand nombre au sein de parcs de loisirs ou à thèmes, dont tous n'ont pas trouvé leur public. Ou bien, à l'opposé, on recherche des manifestations de prestige réservées à une élite et, en établissant un partenariat économique tourné vers la priorité de l'équipement de luxe on restaure châteaux et villas, jardins et résidences pour recréer le "charme du passé". La lecture des catalogues des tour-opérateurs les mieux intentionnés à l'égard de l'esprit de découverte et des activités culturelles laisse trop souvent percevoir une offre dont les typologies restent relativement peu diversifiées, face à une demande qui semble par contre de plus en plus exigeante.

Le contexte économique et social du tourisme culturel révèle donc de véritables fractures. La responsabilité prise par les opérateurs qui mettent en œuvre des produits de tourisme culturel est très grande et les risques se situent à plusieurs niveaux :

  • celui de la restauration et de la conservation qui se doit de respecter les documents historiques et les chartes internationales;
  • celui de l'interprétation qui doit éviter de tomber dans l'anecdotique ou l'ethnocentrisme et au contraire, offrir au public une dimension multiculturelle;
  • celui du rôle social et économique du tourisme qui doit générer des emplois locaux, trouver aux équipements un rôle qui s'étende au-delà des moments privilégiés de la fréquentation touristique et qui doit, enfin, permettre à une population de faire sienne l'identité ou les identités qu'elle présente d'elle-même.

Le tourisme culturel est donc en passe de devenir de ce fait un des lieux privilégiés des contradictions de la société qui le met en œuvre et un des signes les plus tangibles de sa "santé culturelle". Il reste certainement à écrire une "Allégorie du tourisme culturel", après "L'allégorie du patrimoine" de Françoise Choay.

 
 
plein écran et impression
envoyer à un ami
 

 

 en savoir plus...
 articles
 Florence et la Toscane
 
   
 En direct de Barcelone
 
   
 documents
 La médiation pour les touristes
  Intervention de Catherine Bertho-Lavenir. En français.
   
 La médiation pour les touristes
  Intervention de Catherine Bertho-Lavenir. En anglais.
   
 médiathèque
 Ethnologie française
  Un numéro consacré à des études de cas. Touriste et autochtone : des étrangers ?
   
 Mystères des villes d'Europe
  Une découverte ethno-poétique, un bon exemple de tourisme sensible.
   
 


 

 accueil  l'Europe découverte  l'Europe continue  médiations européennes  l'Europe de la mémoire  questions capitales  diagonales européennes  qui sommes-nous ?  avec qui travaillons-nous ?  itinéraires culturels  boutique  enquêtes  forum  Galerie photo